Entries Tagged as ''

Parutions web d’août 2007

Un entraînement du XV de France, cela peut donner lieu à des poses et des clichés insolites
HTC Touch, un PDA-Phone 100 % tactile
Samsung E840 : un slide-up ultra-plat

Petite pensée

Aujourd’hui devait être un jour comme les autres, voir encore plus light (la pluie parisienne n’arrivant pas vraiment à motiver ces derniers temps). Et puis j’ai eu la bonne idée d’emmener mon fils Calixte à la piscine. Je signale cela même si je ne suis pas sûre que le lieu ait une incidence sur ce qui suit. Je me tenais au bord de la piscine, pendant qu’il montait et sautait à l’eau en tournant autour de moi. Je regardais mes jambes faire d’idiots mouvements sous l’eau pour espérer ressortir de là un peu plus fines. En un mot je regardais mes pieds et mon fils tournait. Et puis il s’est arrêté, sans que j’y fasse attention, s’est penché et m’a dit “Maman, à quoi tu penses ?”
Je n’ai absolument pas su quoi répondre, je ne pensais pas. Comment expliquer à un enfant qu’on ne pense pas ?
Et puis tout a basculé, comment bon bébé de 2 ans 1/2 peut se demander à quoi pense sa mère et lui demander pour en avoir la réponse?
En écrivant ces lignes je n’y comprends toujours rien. Depuis quand se pose-t-il ce genre de choses ? Quand un être humain commence à s’intéresser aux pensées des autres ?
J’avais déjà remarqué qu’il rêvait et cela m’avait beaucoup troublée lorsqu’un matin il me raconta son rêve de la nuit. En revanche j’avais constaté qu’il me racontait une histoire et n’avait pas la conscience du rêve. Il parlait de son rêve comme d’un film ou d’une scène qu’il aurait vu la veille. A quoi tu penses ? A quoi je pense ? Je pense que même en étant assez perdue dans toutes ces pensées, je trouve cela fou, fabuleux… L’expérience de vivre une vie de mère c’est un peu comme monter dans un train fantôme sauf que là on n’avait pas décidé de faire un bébé pour les sensations fortes.

Rue San Francisco

Je profite d’un week-end à Tours pour aller voir la rue.
Dimanche 19 août 2007, au matin, j’ai fait, pour la première fois, un voyage dans la rue San Francisco.
Sous une fine pluie, avec Calixte perché sur mes épaules, j’ai pris cette rue à pied. Cette petite rue à sens unique était absolument déserte. J’attendais depuis longtemps de pouvoir faire ce voyage. L’occasion était bonne sachant qu’Alexis est à SF en ce moment même. A quelques mètres de la rue je me parlais déjà en anglais, la magie opérait… et puis rien, ou du mien pas grand chose. Je ne suis pas passée de l’autre côté du miroir, mon voyage imaginaire n’a pas eu lieu. Je n’étais pas prête, je ne savais pas vraiment ce que j’étais venue y chercher. Il faut que je travaille plus, que je sache ce que je veux, ce dont je rêve.